Accueil Etablissements & Services Sanitaire Hôpital de Jour d'Orléans

PDF Imprimer Envoyer

Hôpital de Jour d'Orléans

Retour à la présentation

 

 Identification du service

Hôpital de Jour Pierre Chevaldonné
6 Ter Place Saint Laurent
45000 ORLEANS
Tél : 02 38 53 71 94
Fax : 02 38 77 04 79

Courriel : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Directeur : Monsieur Paul-Albert RUDELLE

 ELEMENTS D'HISTOIRE

L'hôpital de jour P. Chevaldonné a ouvert ses portes en mars 1971, suite au constat fait par des soignants du CMPP d'Orléans et du Centre Hospitalier de Fleury de l'absence d'une structure de soins intermédiaire entre une hospitalisation complète en internat et un dispositif de consultations. L'hôpital de jour P. Chevaldonné est une des premières institutions de ce type à avoir vu le jour en France. Son origine, son histoire, sa gestion associative, sa « non sectorisation » et son autonomie relative (il ne fait pas partie d'un dispositif de soin plus global) fondent son originalité.

Le passage à un mode de financement sous Dotation Annuelle de Financement, agréée par l'Agence Régionale Hospitalière (ARH) – intégrée à l’Agence Régionale de Santé (ARS) depuis 2010 - , depuis le 1er janvier 1998 et sa Participation au Service Public Hospitalier (PSPH) depuis le 1er janvier 1999 mettent l'accent sur la dimension soignante de l'institution et son appartenance au secteur sanitaire.

Bénéficiaires

[Retour en haut]

 

Des enfants des deux sexes à partir de 3 ans, jusqu'à 12 ans présentant des troubles psychopathologiques importants : états psychotiques et autistiques, dysharmonies évolutives, névroses graves, etc. Les enfants hospitalisés résident dans un rayon de 40 kms autour de l’agglomération orléanaise.

L'admission d'un enfant est décidée par le médecin psychiatre de l'hôpital de jour et avec l'accord de ses parents ou de son représentant légal.Les demandes d'admission sont formulées par les parents ou le représentant légal, par téléphone.
 
La procédure s'ordonne à partir du premier rendez-vous avec le médecin psychiatre. Cette consultation et celles qui suivront ont pour objet d'évaluer le bien-fondé, pour l'enfant, d'une indication d'hospitalisation dans notre établissement. Ces consultations sont souvent complétées par des visites à domicile et peuvent être complétées par différents bilans : psychologique, orthophonique, en psychomotricité, scolaire, etc. et par une période d'observation au cours de laquelle l'enfant est reçu à l’hôpital de jour. Une réunion de synthèse réunissant les différents intervenants se prononce sur l'opportunité ou non de l'admission. La décision est prise à la suite de cela par le médecin psychiatre qui la communique aux parents.


Mode d’accès


La demande de prise en charge doit être faite par les parents ou les représentants légaux de l’enfant, directement auprès de l’établissement. L’admission est prononcée par le médecin de l’établissement et confirmée administrativement par le directeur.  

Les enfants admis et leurs parents sont reçus par le directeur de l'hôpital et l'assistante sociale pour finaliser la démarche d'admission et préciser les modalités de l'hospitalisation. C'est au cours de cet entretien que sont débattues les questions suscitées par la lecture du livret d'accueil, « la Charte des droits et libertés de l’enfant hospitalisé et de sa famille » (Charte adaptée au fonctionnement de l’hôpital de jour et reprenant les principes de la Charte du Patient hospitalisé) et les formulaires d’accord de soins, et de désignation de la personne de confiance.

Fin d'hospitalisation :

La durée du séjour varie suivant le projet thérapeutique individualisé. L'orientation choisie est déterminée par l'évolution de l'enfant, ses capacités et les souhaits de ses parents. Elle est prévue à l'avance et soigneusement préparée. Les dossiers d'orientation MDPH s’il y a lieu sont préparés en lien avec les services concernés et bien sûr les parents. La fin du séjour peut être progressive. Un travail en lien avec les institutions envisagées pour accueillir l'enfant est alors mis en place. L'assistante sociale est plus particulièrement sollicitée pour accompagner ces passages. Certains soins en postcure peuvent être proposés.

Présentation de la mission

[Retour en haut]

 Cadre juridique

  • Arrêté Préfectoral du 7 juillet 1993 portant confirmation de l'autorisation à la poursuite d'activités d'hospitalisation à temps partiel en psychiatrie.
  • Arrêté Préfectoral du 12 mai 1995 portant confirmation de l'autorisation de poursuivre une activité ambulatoire.
  • Délibération n° 02-09-07 de la Commission Exécutive de l’ARH du Centre en date du 12 septembre 2002 accordant l’autorisation de créer un service de 14 places d’Accueil Familial Thérapeutique, portant la capacité de l’hôpital de jour Chevaldonné à 47 places en psychiatrie infanto-juvénile.
L’hôpital de jour Pierre Chevaldonné adhère aux principes des Chartes du Patient Hospitalisé et de l’Usager en Santé Mentale. Ceux-ci ont été adaptés pour élaborer « la Charte des droits et libertés des enfants hospitalisés et de leur famille». Une Commission de Relations avec les Usagers et de la Qualité de la prise en charge est mise en place conformément à la loi.
 
Participation au Service Public Hospitalier (PSPH) à compter du 1er janvier 1999.

Capacité :  47 places composées comme suit : 33 places d’hospitalisation de jour et 14 places d’Accueil Familial Thérapeutique.

La Commission de Relations avec les usagers et de la qualité de la prise en charge (CRUQ)

Une  Commission de Relations avec les Usagers et de la Qualité de la prise en charge est mise en place conformément à la loi. Cette commission a pour mission :

  • de veiller au respect des droits des usagers et de faciliter leurs démarches,
  • de contribuer à l'amélioration de la politique d'accueil et de prise en charge des personnes malades et de leurs proches.

La CRUQ a accès à l'ensemble des plaintes et réclamations déposées auprès de l'établissement de santé par les usagers ou leurs proches (les parents en l'occurrence).

  • Elle examine celles qui ne présentent pas le caractère d'un recours gracieux ou contentieux,
  • Elle émet des avis et recommandations sur la politique d'accueil et de prise en charge des malades,
  • Elle remplace l'ancienne commission de conciliation.

COMPOSITION DE LA COMMISSION DES RELATIONS AVEC LES USAGERS ET DE LA QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE :

  • Monsieur RUDELLE, directeur et représentant légal de l'institution, assisté de Madame DEMAY, chef de service  du SAFT
  • Monsieur le Docteur PREEL, médecin  psychiatre de l'Hôpital de Jour
  • Madame le Docteur GISSOT médecin psychiatre du SAFT
  • Monsieur CERQUEIRA, représentant les Usagers membres du conseil d'administration de l'association
  • Monsieur REGNAULT, représentant les Usagers des PEP du Loiret désigné par le Directeur de l'Agence Régionale de l'Hospitalisation
  • Madame BERNIER, représentante du conseil d'administration de l'Aidaphi, titulaire
  • Madame DUSSAILLANT, représentant les personnels soignants de l'Hôpital de Jour
  • Madame MARCON, représentant les personnels soignants du SAFT.
Réclamations ou plaintes

Les parents peuvent adresser leurs plaintes ou réclamations aux responsables de l'hôpital de jour (direction et psychiatre). En cas de non-règlement de leurs réclamations par les responsables de l'hôpital de jour, les parents peuvent s'adresser au médiateur membre de la commission (CRUQ) :
Monsieur MONCHAUX, médiateur CRUQ, de l'Institution Pierre Chevaldonné,
71 Avenue Denis Papin - BP 80123 - 45803 ST JEAN DE BRAYE Cedex.

 Interventions proposées

 

Sur indication médicale, un travail thérapeutique est principalement axé sur les repères, la contenance et la séparation. Les soins psychiques sont donnés au travers de groupes ou ateliers thérapeutiques, et/ou de prises en charge psychothérapeutiques, rééducatives individuelles.

Les grandes lignes du projet thérapeutique :
 
Les principes
 

Tout projet thérapeutique à l'hôpital de jour associe des soins dispensés à l'enfant à une attention particulière portée à son environnement (familial, scolaire, social,...). La poursuite ou la mise en place d'une intégration dans des lieux d'éducation et/ou de loisirs, quand celle-ci est possible, favorisent le travail thérapeutique par l'introduction d'un tiers dans la relation thérapeutique qui unit l'hôpital aux enfants et à leur famille.

Les outils conceptuels de la psychanalyse et de la psychothérapie institutionnelle, adaptés à une institution accueillant des enfants, sont utilisés de façon privilégiée, sans exclusive, pour mettre en sens les observations cliniques. Il s'agit d'analyser les réalités psychiques individuelles et groupales, les transferts et contre-transferts, l'articulation des soins individualisés avec le projet institutionnel et les différents "mouvements" marquant la vie de l'institution.

Le fonctionnement :

L'hôpital de jour est ouvert en moyenne 210 jours par an sur la base de cinq jours par semaine, du lundi au vendredi. Les périodes de fermeture coïncident avec les congés de l'Education Nationale mais ne les recouvrent pas totalement.

Les horaires d'ouverture de l'hôpital sont les suivants : de 9 h à 16 h du lundi au vendredi.

L'hospitalisation d'un enfant pouvant être à temps complet (9 à 10 demi journées par semaine) ou à temps partiel.

Les outils :

Des entretiens familiaux préalables avec le médecin psychiatre et la puéricultrice, complétés de bilans dans différents domaines : médical, psychologique, orthophonique, en psychomotricité, social, éducatif, scolaire, permettent d'analyser la demande, de dégager les éléments diagnostiques et de proposer, ou non,  une hospitalisation. Celle-ci ne devenant effective qu'après accord des parents ou des représentants légaux. La période d'observation suivant l'admission permet à l'équipe soignante de rencontrer l'enfant et d'élaborer son projet de soins. Celui-ci est revu plusieurs fois en cours de séjour, lors des réunions de synthèse ou lors de constellations. Un groupe "Parents-Enfants" bimensuel, animé par deux ou trois personnels soignants, où participent 3 à 4 enfants, accompagnés de leurs parents, peut être proposé en amont ou en complément d'une hospitalisation de l'enfant.

Les enfants sont pris en charge dans des groupes thérapeutiques de 6 enfants maximum, ouverts 4, 3 ou 2 demi-journées par semaine sous la référence de 2 ou 3 personnels soignants fixes sur une année. Ce dispositif favorise un travail thérapeutique sur les repères, la contenance et la séparation. Des  prises en charge psychothérapiques, rééducatives, groupales et/ou individuelles, des ateliers thérapeutiques : bassin, packs, jeux de rôles, musique, modelage, comptines,  "explorateur", danse,  contes,... sont indiqués pour chaque enfant. Des activités scolaires et des temps de classe à l'hôpital de jour font partie de l'ensemble des moyens mis en œuvre. Ils peuvent préparer ou soutenir une intégration scolaire extérieure. Des entretiens sous différentes formes sont régulièrement proposés aux parents tout au long de l'hospitalisation de l'enfant.

Le travail social trouve sa place dans cette attention aux liens à tisser autour de la prise en charge thérapeutique de l'enfant. Il propose aux familles aides et accompagnement dans différentes démarches : séjours de rupture, orientation, etc. Des séjours thérapeutiques avec des personnels de l'hôpital ou des séjours dits de rupture dans d'autres institutions peuvent compléter les soins dispensés à l'hôpital de jour. La fin de l'hospitalisation est décidée par le médecin psychiatre, dans le cadre d'un travail de concertation pluridisciplinaire.

Une orientation est étudiée en lien avec la famille, l'école, la MDPH, les établissements et services spécialisés, etc. Pour assurer des soins individualisés cohérents, une institutionnalisation de la prise en charge thérapeutique,  divers types de réunions internes rythment le travail de l'équipe soignante : synthèses, constellations, régulations, réunions institutionnelles, analyse des pratiques, formation, etc.

La participation de soignants de l'hôpital à des réunions extérieures avec les autres intervenants auprès de l'enfant : écoles, établissements spécialisés, services sociaux,... favorisent un travail en réseau au service d'une cohérence thérapeutique.

Les perspectives :
 

Pour améliorer les soins proposés, nous avons en projet le développement d’un service de soins à domicile, l’ouverture d’un service d’hospitalisation de jour mère-enfant à temps partiel et la création d’un service de suite pour les adolescents sortant de l’hôpital de jour. Ceci nous conduirait à demander une extension des âges de notre agrément de 0 à 16 ans.

Par ailleurs un Service d'Accueil Familial Thérapeutique (SAFT) [lien vers Saft] annexé à l'hôpital de jour mais ayant un fonctionnement indépendant est ouvert depuis le 1er juillet 2003 et présent sur le même site depuis le 1er décembre 2009 (3, rue Drufin).  Il pourra être préconisé dans certaines situations où le maintien dans sa famille naturelle semble freiner ou interdire une évolution positive de l'enfant.

 Les moyens en personnel et en équipements


Sous la responsabilité médicale du médecin et administrative du directeur, les soins sont prodigués par une équipe pluridisciplinaire.

Les dimensions médicale, psychothérapeutique, psychologique, éducative, rééducative, scolaire et sociale sont assurées par divers professionnels qui mettent en œuvre le projet de soins. Afin d'assurer au mieux sa coordination et sa cohérence et de permettre à chacun des personnels d'analyser sa pratique, différentes réunions de régulation, de réflexion et d'organisation sont mises en place à des rythmes divers.

L’équipe comprend :

  • un directeur,
  • un médecin psychiatre, responsable des soins,
  • deux psychologues à mi-temps chacun,
  • une infirmière puéricultrice,
  • une psychomotricienne à mi-temps,
  • une orthophoniste à mi-temps,
  • une assistante sociale,
  • huit éducatrices(teurs),
  • une professeur des Ecoles mise à disposition par l'Education Nationale,
  • quatre personnes aux services intérieurs et maintenance,
  • deux secrétaires.

 FINANCEMENT

[Retour en haut]

L’Hôpital de jour perçoit de la Sécurité Sociale une Dotation Annuelle de Financement (DAF). L’Agence Régionale de Santé de la région Centre assure le contrôle et la tarification. Le financement est assuré par les caisses d’Assurance maladie auxquelles les parents sont affiliés.

Une même dotation est affectée annuellement à l'Institution Chevaldonné pour le fonctionnement de ses deux services :

  • un Service d'hospitalisation de jour, service ouvert le 2 mars 1971
  • un Service d'Accueil Familial Thérapeutique, service ouvert le 1er juillet 2003
 

Prise en charge administrative enfant :

 

L'admission d'un enfant nécessite une prise en charge délivrée par le centre de Sécurité Sociale de ses parents. Ceux-ci doivent obligatoirement être en possession d'une carte d'assuré(e) social(e) en cours de validité, sur laquelle est inscrit l’enfant. L'admission définitive nécessitera impérativement une prise en charge à 100 % délivrée par la Caisse Pivot d'Assurance Maladie du Loiret, après une demande dûment motivée adressée à la caisse par le médecin de l'hôpital de jour.

Le moyen de transport pour les venues des enfants dans notre établissement est laissé à la responsabilité des parents. S’ils décident d'un mode de transport par taxi (ou ambulance), l'entreprise retenue est laissée à leur choix. Au moment de l'admission, il est demandé de signer une "Prescription Médicale de Transport". Une attestation de présence mensuelle sera délivrée à l'entreprise de transport retenue, afin qu'elle se fasse rembourser les trajets directement auprès de la Caisse d'Assurance Maladie des parents (deux trajets par jour au plus, pour lesquels l'hôpital de jour est lieu de destination ou de départ).
 

Pendant leur hospitalisation, l'Assurance Maladie sera régulièrement informée par l'établissement des jours de présence des enfants.